Traitement possible contre le charançon rouge du palmier

Les palmiers sont des végétations très appréciés dans nos jardins. Certes, ils offrent une touche d’exotisme à notre demeure. Ces dernies temps, les palmiers souffrent à cause de différents insectes notamment le charançon. En effet, le charançon rouge du palmier ou Rhynchophorus ferrugineus ravage les plantes malgré leur robustesse. Non traité, cela mène à l’assèchement de nos verdures, ce qui engendre leur perte totale. De ce fait, il s’avère important de trouver des solutions et stratégies pour lutter contre ce parasite.

Détecter la présence du parasite 

Ce sont les larves du charançon qui sont à détecter en premier lieu. Certes, elles creusent des galeries dans le tronc pour ensuite attaquer le bourgeon. Ainsi, aucun symptôme très visible ne peut être détecté. Cependant, on peut repérer de petits monticules de débris de végétaux au niveau des palmes. Sans traitement, et en peu de temps, les palmes tomberont et la couronne s’affaissera. On constate également un suintement brun visqueux accompagné d’une odeur de fermentation. Dans ce dernier cas, il sera trop tard pour sauver le palmier. Les espèces les plus touchées par ce parasite sont le phoenix canariensis et le phoenix dactylifera. Toutefois, cela n’épargne pas les autres qui peuvent s’avérer être aussi sensibles.

Par conséquent, en raison des ravages constatés sur toute la France, l’arrêté du 21 juillet 2010 indique une obligation pour toute propriété publique ou privée d’effectuer une lutte contre le charançon rouge du palmier. Ainsi, il importe de faire la déclaration des spécimens atteints auprès de la mairie de la ville ou du service du ministère de l’Agriculture en charge de la protection des végétaux dans tout le département.

Les moyens et techniques pour s’en débarrasser

Une première option pour traiter un palmier de l’attaque du charançon rouge est l’usage d’un insecticide biologique à base de nématodes. Il faut d’abord noter que l’objectif de ce traitement sera une simple lutte préventive et curative contre les papillons et les charançons rouges. Ainsi, les nématodes utilisés sont des vers microscopiques. Ils sont livrés en mélange avec de la poudre d’argile. De ce fait, il faudra diluer le tout avec de l’eau avant de l’appliquer sur la verdure. Cette substance visera à tuer les larves contenues dans la plante en seulement quelques jours. Pour ce faire, avant tout traitement, il faut primordialement arroser les palmiers. Ensuite, diluer le remède selon le mode d’emploi, puis appliquer le traitement dans tous les recoins, le haut du stipe et sur la couronne. Pour assurer un résultat optimal, il faudra répéter cette action une fois par mois, de préférence de mars à novembre. Toutefois, il est nécessaire de faire une interruption de juillet à août, pendant la saison la plus chaude.

Une seconde option peut également être adoptée. Il s’agit de l’emploi d’un piège à phéromones. La technique consiste à attirer le nuisible en question, à le contaminer et à l’éliminer directement. Le mode d’emploi se fera comme suit. Il faudra d’abord installer le piège selon les instructions. Cela pourrait être en hauteur ou enterré. Puis, le laisser pendant toute la période de vol de la bestiole. Au bout de 3 mois environ, on pourra recharger le piège. Ainsi, toute production, la ponte et même l’apparition de nouvelles larves seront épargnées. Mais bien qu’insuffisant pour être utilisé seul afin de lutter contre le charançon rouge de palmier, ce piège aidera quand même à éliminer quelques-uns.

Une troisième solution est le recours à des insecticides chimiques. Par exemple, ceux à base d’imidaclopride, de deltaméthrine, de cyperméthrine ou encore de diflubenzuron. Le traitement chimique est curatif. Il permet de se débarrasser des papillons de palmier et du charançon rouge qui sont tous les deux des parasites dangereux. Le mode d’emploi de ces produits est simple : il faut juste pulvériser toute la plante. Attention, il faut bien respecter la dose requise. Sur les plantes déjà infectés, il importe d’effectuer le traitement au moment des premières pontes, c’est-à-dire en avril. Lors de la saison estivale, on peut encore répéter le traitement si une nouvelle attaque se présente. Une dernière application est aussi conseillée en octobre après les dernières pontes.

Faire appel à un professionnel

Sans nul doute, une entreprise professionnelle intervenant pour l’éradication du charançon rouge du palmier saura adopter la technique la plus efficace. Aussi, elle dispose de meilleurs matériels et produits pour le faire. Un traitement très utilisé est l’endothérapie. Il s’agit d’un traitement récemment adopté pour combattre le charançon rouge. Mais on peut également l’utiliser pour supprimer les papillons du palmier. À vrai dire, cette technique consiste à injecter à la base et au centre du stipe un produit insecticide. L’efficacité de ce dernier peut durer un an, voir plus. Cependant, à force de perforer le stipe d’année en année, cela engendrera l’entrée de diverses autres maladies. C’est pourquoi seuls les professionnels peuvent user de cette technique. Sinon, une autre solution aussi est l’usage d’une barrière physique. Le but de ce procédé est de faire une mise au point par l’INRA sous le nom de Biopalm. C’est une méthode de lutte préventive qui limitera la propagation du parasite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *